Convivialité, savoir-faire,  Coté Soins renouvelle les formations 

inscription Ile de France

Nouvelles modalités du dépistage organisé du cancer du col utérin et arbres décisionnels

310 310 visiteurs ont vu cet évènement.

Depuis l’arrêté du 4 mai 2018, le dépistage du cancer du col de l’utérus (CCU) s’appuyait sur un programme national de dépistage organisé (PNDO) qui reposait sur les recommandations françaises de 2010, soit la réalisation d’un examen cytologique chez les femmes asymptomatiques de 25 à 65 ans tous les 3 ans, après deux examens consécutifs normaux réalisés à un an d’intervalle.

Cependant près de 3000 cas de cancers invasifs en France et 1100 décès chaque année sont encore à déplorer, avec un taux de couverture du dépistage insuffisant (~60%), sachant que les 3/4 des cas sont diagnostiqués chez des femmes âgées de 25 à 64 ans.

L’histoire naturelle des papillomavirus humains (HPV) est maintenant bien connue. Les types d’HPV à haut risque (HPV-HR) peuvent provoquer le CCU et d’autres cancers ano-génitaux et de l’oropharynx. Parmi ceux-là, les HPV 16 et 18 sont les plus fréquents. L’infection à HPV est l’infection sexuellement transmissible la plus fréquente dans le monde. Environ 80% des femmes et des hommes sexuellement actifs seront infectés par ces virus au cours de leur vie. Environ 90 % des infections ne sont plus détectables après 2 ans. Si l’infection à HPV persiste, elle peut causer le CCU.

La HAS a donc réévalué en juillet 2019 la place du test HPV dans la stratégie de dépistage primaire des lésions précancéreuses et cancéreuses du CCU pour réduire l’incidence et le nombre de décès par cancer du col de l’utérus de 30 % à 10 ans, en atteignant 80 % de taux de couverture dans la population cible et en rendant le dépistage plus facilement accessible aux populations vulnérables et/ou les plus éloignées du système de santé.

Au vu de ces recommandations, le ministre de l’économie, des finances et de la relance et le ministre des solidarités et de la santé, ont publié conjointement un nouvel arrêté le 30 juillet 2020 relatif aux programmes de dépistage organisé des cancers et relatif à l’organisation du dépistage organisé du CCU.

L’objectif général de cette formation est de diffuser ces nouvelles modalités de dépistage du CCU et les stratégies de prise en charge des femmes ayant un dépistage positif pour améliorer les pratiques professionnelles et éviter 80% des CCU.

OBJECTIFS :
. Décrire les nouvelles recommandations du dépistage organisé du CCU (Cancer du Col Utérin) en fonction de l’âge
. Définir les actions à réaliser en fonction du résultat du prélèvement

UN HANDICAP ?
Vous êtes porteur d’un handicap, notre référent répond à vos interrogations : referent.handicap@cotesoins-formations.org

Additional Details

1 à 5 h

Durée réelle de la formation - 1h30

Intervenant

ORGANISATEUR :
Dr Marine Rodriguez

EXPERT :
Dr Chantal Patijaud
gynécologue, obstétricien
(Aix-Les-Bains)

Public - Médecin Généraliste, Médecin Spécialiste

Référence formation - 211273006 S1

You must sign in to register for this event.

9 spots left
 

Public

 

Types d’évènements

 

Durée de la formation

 

Intervenant(s)

 

Financement

 

Référence formation

 

Date de clôture des inscriptions

09/12/2022
 

Lieu

Événement en ligne
 

Date et heure

14/12/2022 à 20:30 à
14/12/2022 à 22:00
 

Catégorie de l’évènement

Partager avec des amis

POURQUOI SE FORMER AVEC CÔTÉ SOINS ?

Nous sélectionnons des experts avec qui nous concevons les formations les plus pertinentes pour votre pratique
Nous soutenons des causes, organismes d’aide ou de recherche. Nous pensons que la diversité est une richesse, aussi quand cela est possible, nous étudions les demandes de formation à titre d’invités ( internes, retraités…)
Indépendance et transparence sont nos maîtres mots. Nous revendiquons notre statut associatif. Nous évoluons sans lien avec les laboratoires, les partis politiques ou l’industrie pharmaceutique.
Nos Organismes de formation sont certifiés Qualiopi. Nos formations peuvent être le cas échéant contrôlées et approuvées par l’ANDPC .
Des cas pratiques, pour rendre nos formations concrètes et nous favorisons l’échange entre pairs.